« Casser le mythe commercial »

Ptisem Djeghbal vient épauler Nathalie Ansermoz à la tête de STM. Rencontre avec la nouvelle co-déléguée d’une association qui prend son envol. 
   

DJEGHBAL_Ptisem Tout d’abord, qui êtes-vous Ptisem ?

Ptisem Djeghbal : Je suis travel manager de Japan Tobacco International (JTI) dont le siège est à Genève. J’y travaille depuis sept ans, j’ai commencé en tant que VIP Travel associate, ce qui couvrait la réservation pour notre top management. J’ai eu la chance de travailler auprès de Evelyne Jourdren, qui avait quarante ans d’expérience dans le travel management et j’ai repris ses fonctions lorsqu’elle est partie à la retraite. Avant d’arriver chez JTI, j’avais déjà une solide expérience dans le domaine du voyages : j’ai notamment travaillé pendant deux ans pour une TMC en tant qu’agent de voyages d’affaires, ce qui me permet de bien connaître les besoins d’un côté comme de l’autre du comptoir.

♦ Pourquoi une seconde déléguée en Suisse aux côtés de Nathalie Ansermoz ?

Ptisem Djeghbal : Nathalie va s’absenter pour quelque temps de la Suisse et m’a demandé de l’épauler en faisant partie de l’équipe des représentants de STM. Nous nous connaissons depuis longtemps et partageons la même passion pour le voyage d’affaires ainsi que la même vision pour l’Association. Notre ambition est commune et c’est volontiers que j’ai accepté. Et puis même si Nathalie ne sera plus présente à 100% pour les activités de l’association, nous resterons évidemment en contact permanent.

♦ Vous avez participé au lancement de l’association. Comment a-t-elle évolué depuis ?

Ptisem Djeghbal : Il y a eu beaucoup d’événements et le réseau s’est élargi, que ce soit sur le nombre d’adhérents ou sur celui de partenaires, en veillant à toujours respecter le bon ratio 80%/20%. Le fait que Nathalie comme moi travaillons au sein de grandes entreprises internationales donne incontestablement une certaine crédibilité à notre proposition. Cela contribue à changer le regard sur la fonction de travel manager, qui commence à acquérir une certaine renommée en Suisse. C’est un vrai plus pour le networking mais aussi pour la relation avec les fournisseurs, même si, à l’évidence, la Suisse accuse un retard par rapport à la France ou au Royaume-Uni sur ce point. Ceci augure de bonnes perspectives pour notre Association.

♦ Quels sont vos objectifs pour les mois à venir ?

Ptisem Djeghbal : La priorité, c’est de faire ressortir tous ces travel managers qui sont « cachés », de leur dire qu’on existe et qu’on est là pour assurer le partage de connaissances.

♦ Comment comptez-vous les approcher ?

Ptisem Djeghbal : Tout d’abord en mettant en place des rencontres STM sur des sujets qui les aideront dans leur quotidien mais aussi en faisant jouer notre réseau pour les contacter et les rassurer. Je connais encore pas mal de travel managers qui hésitent à sauter le pas car ils craignent de se voir démarcher s’ils adhèrent à l’association. Il faut absolument casser ce « mythe commercial » qui fausse complètement le point de vue. 
 

Ajustez vos agendas !

Une réunion STM était prévue le 27 juin prochain mais nous avons finalement appris qu’un autre événement était organisé, à quelques jours d’intervalle, à destination des travel managers en Suisse… Pour éviter les frottements, une autre date a donc été fixée : rendez-vous le 17 octobre pour une journée consacrée aux « principaux piliers du travel management« . L’occasion rêvée de faire le point sur vos achats aériens et hôteliers, ainsi que sur les solutions de paiement mis à votre disposition.